Les banjaras

Les banjaras

Introduction:

Les Banjaras (du sanskrit "Vanijyam", marchand) sont une tribut indienne: en 1982 leur population atteinds encore les 15 Millions, mais leur nombre a chuté de manière impressionante pour atteindre les 5,6 Millions aujourd'hui. Ils vivent principalement en Andrha Pradesh mais sont plutôt originaire du Rajputana (aujourd'hui le Rajasthan) au Nord Ouest de l'Inde. Cette tribut vit également en Karnataka, en Maharashtra, et en Madhya Pradesh. (Voir carte de l'Inde ci dessous).

 

Culture et coutumes:

Les banjaras ont leur propre langue. Celle ci a pour base le sanskrit (langue indo-européenne comme...le français!). En 1982, 60 Millions de locuteurs la pratiquait encore. La langue banjara à donné la langue romani: c'est la langue actuelle des gitans et des tziganes.

Les Banjara de l'Andhra Pradesh (Inde du Sud) sont en majorité des agriculteurs sédentarisés dont la charrue reste le matériel agricole majeur. Cependant il n'en a pas toujours été ainsi: beaucoup de banjaras étaient des semi-nomades et la retraite vers les deltas tout proche (fleuve Krishna par exemple) était de rigueur pendant la saison sèche. Dans cette communauté avant tout rurale et paysanne, on comprends mieux l'importance des fêtes et des traditions sacrées: celles ci doivent assurer la fertilité de la terre et la santé du bétail. Les banjaras vivent aussi du commerce des métaux.

Les fêtes Teej, Seetala et Holy sont des fêtes impliquant toute la communauté. Elles reflètent le milieu culturel traditionnel des Banjara. Lors de la célébration de Teej, les jeunes filles et les femmes banjaras éxécutent des chants traditionnels.

En Inde, le système des castes à longtemps organisé la société. Maintenant abolies, les castes survivent dans la vie quotidienne et l'imagination collective. Pour pouvoir exister, une tribu devait se faire enregistrer dans une caste: elle devenait ainsi une "sheduled tribes", c'est à dire une tribu cédulaire qui était soumise à l'impot. Les banjaras se sont longtemps battus pour obtenir ce statut.

Les banjaras portent constamment des ornements: ils ont deux significations majeures. Ces bijoux (bracelets, piercing...) indiquent parfois un statut. Parfois encore, ils ont une fonction défensive: ils assurent la protection contre les animaux sauvages (mirroirs). Les bijoux sont en majorité en argent, sauf les bracelets souvent faits d'ivoire. Le total des bijoux portés peut atteindre 4 Kg. Les femmes portent ainsi la richesse de la famille. Les femmes mariées portent un topli (boucle de cheveux), des bracelets spéciaux et un anneau dans le nez. (voir photo ci-dessous).

Les hommes portent traditionnellement un turban rouge.

Les banjaras habitant en ville ont des parures plus sobres: moins de bijoux sont portés. La modernisation des us et coutumes y est pour quelque chose. De plus, beaucoup de citadins le sont devenus car la pauvreté les a poussé à quitter les campagnes pour trouver un travail (exode rural).

En Inde, avoir une fille est vécu comme un drame. Il faudra la marier, apporter une dote au futur mari et cela coûte cher à la famille. Cependant, chez les banjaras la situation est différente car ce sont les hommes qui apportent la dote.  

Histoire courte:

C'est à l'époque d'Alexandre le Grand (356 à 323 avant Jésus Christ) que les Banjaras entament leur longue migration vers l'Ouest. Le roi utilise les banjaras comme esclave: leur mission consiste à transporter les richesses fraîchement acquises par le roi vers la Grèce.

Au XIVème et au XVème siècle les musulmans conquièrent cette partie de l'Inde du Nord Ouest. Pour protéger leurs femmes, aryennes (le Rajputana est le berceau des aryens: peau blanche..., le sud de l'Inde est le domaine des populations dravidiennes), les banjaras s'enfuient à nouveaux: ils gagnent les deltas, marécages, forêts...plus inaccessibles pour l'ennemi.

Les banjaras ont longtemps fourni à l'Inde leurs empereurs et leurs maradjahs. Quelques banjaras ont même participé à la vie politique de leur état: Vasantrao Naik a ainsi été chef du gouvernement de l'état du Maharashtra, dont la capitale est Mumbai (Bombay).

Pour aller plus loin:

Film: "Latcho Drom" ( "Bonne route) de Tony Gatlif (1992). Le film retrace la route musicale et historique des gitans de leurs origines (Inde, les banjaras) jusqu'en Espagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×