Les provinces sahariennes

Les provinces sahariennes: rivalités au pays des sables:

Introduction:

Les provinces sahariennes, autrefois occupées par les espagnols, étendent leurs sables entre Atlantique à l'Ouest, Mauritanie au Sud et à l'Est, Maroc au Nord et Algérie au Nord-Est. Cet ensemble est vaste: 266 000 km2 c'est à dire plus vaste que le Royaume Uni (244 000 km2). Les provinces sahariennes ou le Sahara occidental, comme on le nomme au Maroc, est une terre de ressources naturels: on y suppose un gisement de pétrole alors même que 9% des exportations marocaines en phosphate proviennent de cette région. Même le littoral et la mer offrent leurs avantages: ressources halieutiques (en poisson), attrait des retraités allemands pour le tourisme longue durée sur ces côtes...Portrait d'une région très très revendiquée! 

Sur la carte, le Sahara occidental: entre l'orange et le gris clair: mur de protection.

Position du Sahara occidental:

Les provinces sahariennes sont revendiquées par le front Polisario. Ce mouvement indépendantiste sahraoui, crée en 1973, est un mouvement politique et armé. Il luttait à ses origines contre l'occupation espagnole, mais depuis 1976 il s'oppose au Maroc. A cette même date de 1976, le mouvement à proclammé une république arabe sahraouie démocratique (RASD). Le front Polisario est reconnu par trente à quarante pays.

Sur l'image, combattants du front polisario. A droite, le drapeau de la république arabe sahraouie démocratique (RASD).

Position du Maroc:

Le Maroc a récupéré ce vaste espace après la marche verte de 1975. La marche verte était une annexion pacifique des territoires considérés comme historiques pour les marocains. Le 6 Novembre 1975, à l'initiative du roi Hassan II, 350 000 marocains se sont rendus en Sahara occidental avec un Coran et un drapeau marocain pour chasser les espagnols. Opération réussie. Sous la pression marocaine, le retrait espagnol est acté par le traité de Madrid du 14 Novembre 1975. Le Maroc administre aujourd'hui cette région civilement, économiquement et militairement. Le Maroc a divisé le territoire en cinq provinces et trois régions administratives, dont la plus grande ville est Laayoune (199 000 habitants si on lui ajoute son port El Marsa). La région est vu comme le prolongement du reste du territoire national et est relié à celui ci par un réseau routier efficace. Le Maroc a bâti à l'Est de ce qu'il nomme "Sahara Marocain" un mur de protection pour se protéger d'éventuelles ataques du front Polisario, alors que l'Ouest de la région fut dotée d'infrastructures en tout genre.  

Position de la Mauritanie:

La Mauritanie s'est retiré du Sahara occidental en 1979. Le traité de Madrid lui promettait pourtant une part du territoire...

Position de l'Algérie:

L'Algérie soutient le mouvement sahraoui et lui offre un refuge. La ville de Tindouf, à 1900 kilomètres au sud-ouest d'Alger, compte 44 000 habitants et...90 000 réfugiés sahraouis. Un mur, érigé côté province saharienne, sépare l'Algérie du territoire revendiqué. On a un conflit qui s'est transformé en rivalité algéro-marocaine.

L'arbitrage international, le rôle de l'O.N.U. et conclusion:

L' organisation des nations unies s'est révélée impuissante dans ce conflit: aucun accord sur un référendum n'a jamais été trouvé et aucun des plans successifs adoptés jusque 2004 n'a vraiment apporté d'avancées. Le territoire avait et a toujours trois choix: autonomie à l'intérieur du Maroc, intégration totale au Maroc ou indépendance. Le Statu quo persiste et le territoire n'a toujours pas de statut juridique définitif. Les conditions de vie dans les camps de réfugiés sahraouis du côté Algérien sont alarmantes. Notons que l'union africaine reconnait la république arabe sahraouie démocratique (RASD) ce qui a provoqué le retrait du Maroc de cette union en 1985.

Au sein du Maroc, cette question est aujourd'hui abordée avec moins de tabous et des gestes encourageants entre l'Algérie et le Maroc (libération de prisonniers...) permettent d'espérer, à moyen terme, une sortie de crise. Cette impression est confirmée par l'activité diplomatique entourant ce cas (réunions de l'O.N.U. en 2008, en 2009).

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site